Reims: Notre première Expo depuis… longtemps !

Depuis la création de l’ABCCFiat et Abarth 124 850, nous sommes des habitués du « salon des belles champenoises » où nous avons eu un stand sans discontinuer. La reprise de cette manifestation après deux ans de suspension nous a donc incité à répondre présents une nouvelle fois.

Le rouge était à l’honneur sur le stand avec un spider Europa et un 124 CSA Abarth Rally qui accueillaient les amateurs entre le 18 et le 20 juin dernier.

Les nouvelles règles sanitaires et l’obligation d’effectuer un test pcr ou antigènique pour avoir accès aux allées de la manifestation ont découragé de nombreux visiteurs, mais pas les adhérents et sympathisants de l’ABCCF qui n’avaient que l’envie de ces retrouvailles après de si longs mois passés éloignés les uns des autres.  La preuve ? Nous avons vraisemblablement battu les records d’affluence (vaccinés et pcr négatifs cela va sans dire) de cette manifestation dont les allées désertées nous faisaient de la peine.

Une fois de plus cela vérifie la réputation de convivialité qui constitue l’ADN de l’ABCCF, raison pour laquelle la petite communauté des adhérents grandit de jour en jour.

Et pour la fréquentation globale de l’expo, ce n’est que partie remise : les choses reprendront leur cours normal l’année prochaine (on l’espère en tout cas !)

Crédits Photos: Julien B.


Le Cotentin, Ya que ça de bien !

Allez ! On commence à déconfiner doucement et la disparition des limites de déplacement encourage tout le monde à se mettre un peu au vert…. Enfin !

A l’ABCCF c’est ce qu’ont choisi de faire quelques Spideristes convaincus. Direction le Cotentin, cette région trop méconnue aux confins de la Normandie.

Vous voyez ?
C’est ce bout de terre péninsulaire en face du Mont Saint-Michel et des Iles Anglo-Normandes…

C’est promis les règles de distanciation et le petit nombre de voitures ont permis de faire les choses au mieux. 

Quatre spiders, puis cinq ont pu reprendre un peu d’exercice sur les jolies routes vallonnées de ce magnifique coin de France, entre bocages et cotes découpées, entre ondées et grand soleil, entre écume de vagues et fleurs de genets,  les bonheurs sont  variés.

Une seule chose est constante, ce je ne sais quoi … Comment dire …..
Ce sentiment délicieux qu’on appelle…. La Liberté !!!

Dites, on vous emmène sur nos prochains périples ?

L’Italie à Montlhéry

C’était en Octobre dernier …. Autant dire il y a un siècle…. L’ABCCFiat participait à l’une des dernières manifestations autorisées avant de remiser nos autos (même si nous sommes encore nombreux à les sortir durant les frimas pour les faire tourner avant le couvre-feu !)

Organisés par l’Autodrome, les « Italian days » se déroulent sur l’anneau de Montlhéry et sont un spectacle permanent tant sur la piste où se succèdent les plateaux pimentés bien que non chronométrés, qu’au centre de l’anneau avec l’exposition statique de modèles s’étendant des avant-guerre aux dernières productions.

En résumé c’est le grand rassemblement pour les fans de voitures italiennes.

Neuf Spiders avaient répondu présent à l’appel malgré le climat ambiant peu encourageant, représentant un échantillon de l’ensemble de la production des premiers AS aux derniers Europa. La bonne ambiance légendaire de l’Abccfiat se vérifiait encore une fois autour d’un déjeuner improvisé comme nous savons si bien en profiter.

Il ne reste plus qu’à avoir pour la prochaine édition quelques coupés 124 et les 850 !

Soyons optimistes :  encore quelques semaines et nous pourrons nous retrouver pour décrasser les mécaniques et ainsi en quelque sorte tourner la page, nous en sommes convaincus !

Champagne pour tout le Monde…

1980 : Higelin est disque d’or pour son double album Champagne pour tout le monde… et Caviar pour les autres….

C’est aussi l’année de naissance du Spider de René, un Spider 124 CSO. Il conjugue donc un moteur 2 litres avec l’injection Bosch aux normes US.
Le spider est très rarement rencontré dans cette jolie livrée Champagne métallique (ref Fiat Champagne Metallico 512) , celle-ci n’ayant été effectivement produite que durant l’année 1980. Pourquoi une aussi courte période ? Simplement parce que cette teinte avait été choisie par Pininfarina pour habiller les Spiders 124 qui allaient commémorer le 50ème anniversaire des « Stabilimenti PininFarina » dont la date de création remonte à 1930.

Le Spider 124 « 50th Anniversary » était seulement destiné au marché US et canadien puisqu’à cette époque les 124 n’avaient plus de débouchés dans le reste du monde (Les choses seront corrigées dès l’année suivante avec l’introduction du Spider Europa).

Mais qu’avait donc de particulier ce Spider 50th Anniversary ?

A l’extérieur, ce fameux coloris Champagne, les premières jantes en 14 pouces disponibles pour le spider et sur les ailes arrière un badge rappelant l’évènement.

A l’intérieur, une sellerie beige en cuir, un volant à la garniture en cuir brun, une moquette plus épaisse et des vitres électriques ainsi qu’une plaque numérotée de 1 à 1000 sur le tableau de bord. La motorisation restait inchangée avec ce bon vieux 2 litres à injection Bosch un peu bridé par les normes anti-pollution US.

Produit à seulement 1000 exemplaires, cette série spéciale mérite que l’on s’y attarde car il n’en subsiste vraisemblablement aujourd’hui pas plus de deux à trois cents exemplaires encore principalement localisés sur leur terre d’accueil.

Importé depuis un peu plus d’une dizaine d’années, le Spider 124 CSO qui illustre ces pages présente toutes les particularités d’un Spider US. Hormis les éléments de dépollution, il possède les amortisseurs cinétiques de pare-chocs ainsi que les témoins de fixation des ceintures de sécurité. En plus, si vous ouvrez la porte en ayant laissé la clé sur le contact, un petit buzzer vous rappelle à l’ordre pour éviter de les oublier dans la serrure du Neimann. Les spiders 124 US sont actuellement bien rares à subsister avec tous ces équipements encore fonctionnels.

Sur un plan esthétique, il est équipé comme beaucoup de spiders nord-américains de la véronique sur le coffre permettant d’emporter d’éventuels bagages supplémentaires, des enjoliveurs de passage de roues chromés ainsi que de la protection en caoutchouc des flancs à la teinte de la carrosserie, tous ces éléments étant proposés en option par Fiat Motors North America. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un Spider 50th Anniversary, le spider de René en reprend la teinte élégante et l’année de production.


La Savoie en Septembre

Que font des spiders quand ils sont frustrés par un premier confinement qui a limité les échappées printanières et annulé la sortie annuelle de l’ABCCF pour l’Ascension ?
Eh bien ils cherchent à se regrouper pour un road-trip alpin histoire de se dégourdir les gommes.

C’est ce qui s’est produit pour le dernier week-end de Septembre. Venus de toute la France, une dizaine de spiders dont un Spider 124 Nuova, sont ainsi partis à l’assaut de quelques cols, encouragés par un temps très clément qui les a autorisés à ne recapoter que durant une quinzaine de minutes durant toute cette virée.

Qu’y a-t-il de plus enivrant que de traverser à flanc de montagne des sous-bois aux couleurs et odeurs de l’automne ?

L’abccfiat n’étant pas sectaire, un intrus germanique a même pu se mêler à la meute de petites italiennes: il n’est de plaisir que ce qui se partage.

Merci à Jean-François membre actif de notre antenne Rhône Alpes pour cette organisation impeccable. Prochaine étape la Corrèze : vivement qu’on déconfine !


Fiat 124, voyages autour du monde !

(cet article n’est pas de nous mais écrit par un journaliste d’Italpassion ).

Fiat 124 berline : une véritable globe-trotteuse !

Présentation générale

Présentée et commercialisée à partir de 1966, la Fiat 124 berline avait pour missions de contenter la petite bourgeoisie italienne et de lui permettre de se déplacer dans un certain niveau de confort et de praticité, sans bouleverser pour autant le fonctionnement de l’industrie italienne. Ainsi, naquit la 124 qui offrait une architecture classique pour l’époque, à savoir une propulsion sur essieu rigide, le tout enrobé d’une ligne 3 volumes sans grande originalité stylistique mais qui se voulait à l’époque moderne et bien pensée. En effet, si vous prenez la voiture de profil, vous observerez sa forme de trapèze afin de minimiser l’espace extérieur tout en optimisant l’espace intérieur, comme elle est représentée ci-dessous.

A son lancement, la 124 eut doit à un  nouveau 4 cylindres de 1 197 cm3développant 60 ch, une puissance qui lui fournissait de bonnes prestations (145 km/h) et une consommation très modérée. Le succès suivit immédiatement et la 124 fut consacrée voiture européenne de l’année 1967. Quelques mois après son lancement, un break Familiare suivit.

Une 124 Special qui fait son cinéma !

En 1968, soit à peine 2 ans après son lancement, la 124 berline s’enrichit d’une version Special. En dehors d’un intérieur plus cossu, elle se distingue surtout par sa face avant retouchée avec des doubles feux avant ronds. De plus, elle s’équipe d’un moteur de 1 438 cm3 (dérivé de celui de la 124 Sport Coupé/Spider) de 70 ch.

Une puissance qui augmentera avec le temps.En 1974, les 124 berline, Sport Coupé et Familiare sont remplacées par la Fiat 131.

Une 124 berline qui aura laissé de bons souvenirs dans l’histoire du cinéma avec la célèbre course-poursuite dans les rues d’Athènes entre Jean-Paul Belmondo (Fiat 124 Special T) et Omar Sharif (Opel Rekord) dans le film Le Casse (1971).

La 124 berline en voyage autour du monde !

La Fiat 124 fut non moins célèbre et célébrée autour du monde par la base technique quelle offrit à des pays qui n’avaient pas alors de marque nationale. Ainsi, en raison des accords qui avaient présidé à la  création de Seat sous le régime de Franco, la 124, fut rebaptisée en Espagne Seat …124 ! Produite à 888 608 exemplaires, elle n’en diffère alors que par l’écusson Seat rond.

A l’Est maintenant, et alors que le monde est en pleine Guerre Froide, l’URSS a un besoin pressant d’une vitrine automobile, en particulier face aux Américains, dans le but de récompenser sa nomenklatura et d’offrir (si possible) un véhicule moderne pour équiper les ménages soviétiques. Ainsi, à la manière de la Fiat 500 qui motorisa l’Italie, de la 2 CV et de la 4 CV qui le firent en France ou plus anciennement encore de la Ford T depuis les Etats-Unis, la Fiat 124 berline servit à mettre en voiture des centaines de milliers de Russes, à travers l’Avtovaz (Lada) 2101/2102. Une carrière qui se stoppa en… 2012 (!!) après 15 millions d’exemplaires produits.

(article reproduit d’après italpassion.fr/8686-linstant-nostalgie-n3-fiat-124-voyages-autour-monde.html)


Sanremo 1973

Quand on ne peut pas avoir la voiture de ses rêves au format 1 on peut rêver devant son format réduit. Notre sujet du jour c’est la Fiat 124 Abarth Rally groupe 4 pilotée par Maurizio Verini assisté de son copi Angelo Torriani après miniaturisation !

Le modèle présenté par Sunstar au 1/18è est l’une des nombreuses déclinaisons de 124 proposées par la marque. Ce modèle en métal avec des ouvrants et une direction fonctionnelle est en tout point fidèle à la version originale, un des véhicules d’usine en pleine bagarre dans le cadre du championnat du monde des rallyes.
1973 est la première année de compétition pour la 124 Abarth; pour ce 15ème Rallye de Sanremo, Fiat a engagé quatre Spiders 124 CSA groupe 4 (1750 cm3, 170 ch, 960 kg) pour Maurizio Verini , Raffaele Pinto, Sergio Barbasio et Alcide Paganelli. A noter que deux autres 124 Abarth CSA pilotés par Giulio Bisulli et Fulvio Bacchelli sont inscrits indépendamment aux équipes d’usine mais préparés en direct par les équipes Abarth.

Cette fameuse année, Fiat se retrouvera 2è au classement final du championnat du monde des rallyes derrière la berlinette Alpine A110 qui remportera le titre. Pour le San Remo qui constitue une des épreuves phares de ce championnat, le classement verra l’équipage Verini/Torriani devoir se contenter de la 2è place derrière les vainqueurs sur Alpine A110 1800: Jean Luc Thérier copiloté par Jacques Jaubert.

En ce qui concerne le modèle réduit, disponible chez les détaillants et bien sur sur le net, il vous replongera dans l’ambiance d’époque…. pour peu que l’on ait un peu d’imagination. La suite en photos (Crédit Xavier)

Classement du 15º Rallye Sanremo 1973 :
1º 1 Jean-Luc Thérier (FR) Alpine-Renault A110 1800 8:01:32
2º 12 Maurizio Verini (IT) Fiat 124 Abarth Rallye +6:02
3º 8 Jean-Pierre Nicolas (FR) Alpine-Renault A110 1800 +10:05
4º 17 Giulio Bisulli (IT) Fiat 124 Abarth Rallye +11:33
5º 7 Sergio Barbasio (IT) Fiat 124 Abarth Rallye +12:06

Pour en savoir plus sur Maurizio Verini :

Et si vous voulez faire un petit tour sur le San Remo 1973 :


Bianco come la Neve

Le Spider Europa 1985.5

Le Spider Europa d’Eric est un modèle 1985, la dernière année de production du Spider 124 et encore plus précisément un Spider sorti après les dernières améliorations apportées par PininFarina au modèle afin d’augmenter la qualité perçue par les potentiels acheteurs d’un des rares cabriolets sportifs encore disponibles sur le marché à cette époque.

Produits à partir de la mi-1985, les Europa de cette ultime série sont connus sous la dénomination 1985.5

Europa c’est comme…. Europe et même si toutes les culasses sont dans les années 80 tamponnées à l’encre rouge d’un sigle USA qui vous garantit l’acceptation de carburant à faible indice d’octane (si la pièce est toujours d’origine !) ce Spider Europa-là n’a jamais quitté l’ancien monde ce qui lui permet d’échapper au pot catalytique et lui offre en passant quelques chevaux supplémentaires (ça peut aussi se récupérer sur les autres assez facilement ! On vous expliquera quand vous nous rejoindrez 😉)

Le Bianco (ref. 5.206.20) est la couleur que lui a choisi son premier propriétaire…désormais entièrement assemblé dans les Stabilimenti Pininfarina (comme tous les Spiders depuis 1982) les codes références couleur ont également changé et sont maintenant à 6 chiffres.

Pour le Bianco Pininfarina, on avait un énorme choix de combinaison de teinte pour la sellerie : c’était noir ou noir (le beige était proposé pour d’autres couleurs de peinture mais on aura l’occasion d’en reparler !)

Pour reconnaitre un modèle 1985.5 , quelques indices : les nouvelles jantes Cromodora CD 167 qui viennent remplacer les Speedline antérieures, le badge rectangulaire sur le capot (avant il était rond), le badge Azzura sur le coffre (celui-là on vous l’a déjà expliqué dans le post de Mai dernier) la petite lumière d’appoint dans la boite à gant, le coffre supplémentaire derrière les sièges ou encore les lumières rouges dans l’épaisseur des portières s’allumant à leur ouverture. Encore des particularités ? Le petit rack à monnaie sur la console centrale et la disposition des cadrans et des vis du tableau de bord différente des années précédentes. Dernier raffinement peu connu: une lumière éclairant le barillet de contact pour facilement introduire la clé dans l’obscurité. Sur le plan mécanique, la direction devient à crémaillère pour cette ultime année..

Facile tout ça ! Vous allez voir, on va faire de vous des experts…

Avec seulement 1504 véhicules produit en 1985, vous êtes surs en chassant ce modèle d’acquérir une exclusivité absolue. La classe à Dallas quoi !


Spiders et Pique-Nique

L’été avance et les jours raccourcissent déjà un peu… La fin du confinement a donné des envies d’échappées à bon nombre d’entre nous, mais quand on est coincé par son boulot, quoi de mieux que de profiter des températures chaudes et des belles lumières du crépuscule pour se retrouver pour un pique-nique impromptu, histoire de faire respirer les mécaniques ?

Par cette belle soirée de juillet, quatre 124 Spiders avaient répondu à l’invitation. Et le hasard a même voulu nous faire croiser un Cyclecar BNC de 1923 en ballade ! La suite en photos

Et n’oubliez pas :

Que ce soit un 850 ou un 124, un coupé ou un spider,  sortez-le aussi souvent que vous pouvez  et ça… au moins pour 2 raisons :

1-L’utiliser pour ce à quoi il est destiné : rouler. Ça peut sembler évident mais vu le kilométrage moyen annuel des voitures de collection en France (1300 km), on peut quand même insister car un 124 ou un 850 c’est fiable !

2-Lui éviter une immobilisation qui dégrade plus la mécanique qu’une utilisation régulière.

Alors…. Qu’est-ce que vous attendez ? Descendez à votre garage la clé dans la main, faites chauffer le moteur et partez pour quelques dizaines de kilomètres décapotés ou fenêtres grandes ouvertes.

En un mot :  PROFITEZ !

Crédits Photos: PauL; DrF