124 TJAARDA TARGA

LA BOMBE

Admirée lors du dernier salon Auto e Moto d’Epoca di Padova, voici brièvement son histoire.

L’idée aura mûri pendant cinquante ans après la sortie du Spider 124 puisque cette dernière création de Tom Tjaarda a été construite entre 2016 et 2017. La “bomba”, comme le designer américain l’a surnommé, c’est au départ un Spider Fiat 124 de 1970. Au plan mécanique, il est équipé d’un moteur développé à partir du deux litres Lampredi capable de fournir 160 chevaux, d’un différentiel avec un rapport de pont court et d’un double échappement en acier inoxydable.

L’intention du designer était de présenter une nouvelle déclinaison de la Fiat 124, en « coupé targa » cette fois-ci. De fait, le style est inspiré du show-car Corvette Rondine 1962 également du à Tom Tjaarda.

D’un caractère résolument sportif, la carrosserie de la 124 Tjaarda Targa se caractérise par un arceau structurel intégré dans le pavillon et un toit entièrement en Plexiglas: nettement plus bas que le pavillon standard, il dessine une seule ligne avec l’arceau de sécurité et le coffre de la voiture.

L’avant est harmonieux avec son bouclier en aluminium délimité par un pare-choc en deux parties et un capot avec un double bossage en forme de gouttes. Les ailes arrières sont légèrement modifiées et allongées, et des feux coniques remplacent les habituels cabochons.

Quant à l’intérieur, les siège rabaissés sur des glissières obliques rendent la position de conduite plus confortable. Tjaarda voulait donner une connotation nautique à son projet d’où l’utilisation de bois de Frêne sur la console centrale et au-dessus du siège arrière, ainsi que pour le volant. Le laiton utilisé pour les cerclages d’instrumentation et les interrupteurs à tirette sont directement inspirés des bateaux à moteur. Pour la couleur de la sellerie, des nuances de gris rappellent les teintes extérieures.

La peinture de la carrosserie, bicolore, est argentée pour la partie supérieure de la caisse et quartz clair sur les côtés soulignant subtilement la ligne de ceinture de caisse.

La construction de ce magnifique véhicule s’achève malheureusement après le décès de Tom Tjaarda (1er juin 2017 à Turin), sous la direction de son ami Filippo Disanto. Depuis, la 124 Tjaarda Targa a été présentée à la Super Car Parade 2019 au Parco del Valentino, puis exposé au Circolo del Design di Torino. Cette somptueuse pièce unique a également été récompensée comme “show car” au Castello di Meano Elegance Compétition.

Xavier (Photos : Paul)

Tangerine Dream

Tangerine Dream vous connaissez ? C’est un groupe de musique électro-planante des années 70 (à redécouvrir sur votre plateforme préférée) ; ça pourrait se traduire par Rêve orange sanguine, et ça pourrait s’appliquer à ce Spider CS1 1800 US de 1977.

Le spider de ce post appartient à Philippe : achetée du coté de Los Angeles il y a plusieurs années, à l’époque où, à Pasadena, on laissait partir pour une poignée de cerises un Spider à la carrosserie tannée par le soleil mais sans un point d’oxydation. Il faut dire que la grande majorité des Spiders 124 ont migré de l’autre coté de l’Atlantique et qu’il y a encore quelques temps il n’était pas rare d’y en croiser dans un état d’usage avancé mais toujours vaillants.

Ramené en France et aussitôt débarrassé de ces multiples systèmes anti-pollution rajoutés au fil des normes pondues par un gouvernement Californien motivé par un « green washing » avant l’heure, ce spider 1800 a longtemps usé ses gommes sur l’asphalte parisienne avant d’aller couler des jours plus tranquilles dans le massif central. La jolie couleur qu’il arbore est un Giallo Oriente (ref. Fiat 294 ) proposé pendant plusieurs années au catalogue.

Ce Spid a vu au fil du temps ses performances optimisées par l’adoption de pistons haute compression et de deux arbres à cames Alquati que son propriétaire à l’œil expert avait déniché sur une bourse d’échanges. Les ressorts surélevés pour le marché américain ont retrouvé une assiette (et une tenue de route !) plus compatibles avec les lacets de montagne environnant sa nouvelle maison. Enfin pour lui donner un look plus classique les gros pare chocs à absorption cinétique ont été remplacés par les pare-chocs chromés des premiers modèles (avec une perte de 30 kilos au passage !)

Si vous possédez vous aussi un Spider 124 US venez faire un tour à l’ABCCF, on vous expliquera comment lui permettre de retrouver pas mal de sa fougue.

La Spiaggetta du mois

La Michelotti Shellette 850 (alias Spiaggetta) est le résultat d’une collaboration entre le designer de yachts Phillip Schell et le célèbre designer automobile Giovanni Michelotti. À cette époque, Michelotti était l’un des stylistes les plus importants et les plus influents d’Italie, travaillant pour Vignale, Maserati, Lancia et BMW, parmi d’autres fabricants du monde entier. La Spiaggetta était une voiture de plage attrayante dans le moule de la Fiat Jolly la plus célèbre et la plus connue, mais avec un style moderne unique qui ressemblait peu à la Fiat 850 d’origine. Équipée du moteur 850 Spécial, sa transmission pouvait déplacer la Shellette confortablement à une vitesse de 80km/h, et il vantait les caractéristiques «de luxe » d’un radiateur et d’un système stéréo.

Seulement 80 exemplaires de la Spiaggetta ont été construits, pour des clients tels que Jacqueline Kennedy Onassis et la famille royale néerlandaise, qui les ont utilisés comme véhicules sur des propriétés en bord de mer ou comme offres de yacht. Cette Spiaggetta Fini en blanc pur dispose des sièges en osier traditionnels pour quatre passagers, rappelant les chaises de jardin d’été, avec des coussins en tissu rouge durable, de la moquette rouge assortie et un haut « surrey » assorti. De manière amusante, même le tableau de bord à l’intérieur de cette voiture est fini en osier, et l’intérieur des portes est en bois, rappelant une barque. Le compteur kilométrique lit à 160 km / h, ce qui est optimiste mais charmant.

Que ce soit sur les plages et les promenades dans le sud de la France, les collines et les forêts de pins des Landes, ou même à l’arrière d’un yacht, peu de voitures offrent la polyvalence et le confort que cette voiture de plage en osier.

La Fiat du Mois : Mai

AZZURRA !

1983. Indochine a son premier succès avec l’Aventurier. Dans ce qui s’appelle encore des Boums, quand la musique est bonne (bonne, bonne, bonne…), on danse sur la China Girl de Bowie, der Kommissar de Falco, et on s’éclate quand arrive Paris Latino; bref, tout le monde est là, même ceux qu’on n’attend pas. Et ceux qu’on n’attend pas, ce sont les Italiens qui participent à la Coupe Louis Vuitton, antichambre de l’America’s Cup, sur le magnifique voilier Azzurra. A eux le prix d’élégance.

Azzurra, « l’inizio di tutto » – photo laReppublica.it

Le bateau va donner son nom à la version américaine contemporaine du Spider pour ses deux derniers millésimes (1984-1985) le Spider Azzurra. C’est pour cette raison qu’à partir de 1984 les Spiders Europa présenteront le logo du bateau de compétition en guise de badge de coffre.

La Fiat du Mois, visible dans notre Galerie – CLICKEZ, MAIS CLICKEZ DONC! – est un Spider Europa « Azzurra » de 1985 avec le fameux petit logo sur le coffre et la direction à crémaillère qui remplace celle à vis. 

En troisième main et peu kilométré, son joli bleu ciel métallisé se prénomme Azzurro Metalizzato  (pourquoi faire compliqué ?). Le Spider de Jean-Michel coupleux à bas régime n’hésite pas à affronter les frimas capote repliée. Ah oui ! Pour ceux qui n’en ont pas l’expérience : le chauffage très bien conçu des 124 permet, fenêtres remontées et buses de chauffage ouvertes à fond, de rouler dans un confort certain capote rabaissée. 

Le Proto du Mois – Mai

La 124 GTO

Peu le savent, mais Luca Cordero di Montezemolo, lorsqu’il était patron de Ferrari – avant de devenir patron de « La FIAT » – avait dans son cœur un faible pour l’auto de ses 20 ans, la 124 Sport. C’est pour cela qu’il avait fait développer dans le plus grand secret ce prototype de 124 GTO, l’hybride parfait entre les deux sœurs.

Les roues à rayons viennent de la Ferrari 250 GT/E, le coupé Pininfarina 2+2. Pour les démonter instantanément lors de l’arrêt au stand, elles sont livrées avec un maillet du même métal que le magnifique moyeu à trois branches : un coup sec sur l’étoile, et le papillon se dévisse en tourbillonnant. Le métal mou du maillet évite toute trace sur le chrome…

D’accord, mais est-il vrai, ce prototype créé par Xavier (– xavier.gerard.graphiste@gmail.com — ) ?

Si non è vero, è ben trovato.

Ce confinement en question…

Depuis 6 semaines, difficile de sortir nos voitures qui s’ennuient dans un immobilisme forcé.

Pour certains d’entre nous, il existe encore la possibilité de se diriger vers le garage et de faire tourner le moteur de la bête pendant quelques minutes, histoire de s’imaginer, assis derrière le volant, roulant sous les frondaisons d’une route forestière ou le long d’une côte découpée par les rayons affutés d’un soleil écrasant….

Pendant ce temps l’ABCCF continue à travailler : préparation d’une sortie de repêchage à la rentrée, mise en ligne récente de notre nouveau site (Franchement…. Il est pas mal non …?) et dernières retouches de la maquette de notre prochain « Corriere Della Squadra » bientôt sous presse (ce sera le numéro 52 !)

Enfin bien sûr, le dernier détournement d’une pub seventies. Commis par notre graphiste préféré (@Xavier Gérard) avouez qu’il est top !

La Fiat du Mois : Mai

La première série : type AC

La première série du coupé 124, référencée 124 AC, est lancée exactement un an après la berline, en même temps que le break.

La fin des années 1960 est une époque dorée pour Fiat, la berline 124 s’impose rapidement, elle est rapidement rejoint en 1966 par sa déclinaison cabriolet dessinée par Pininfarina et qui n’a en réalité peu de choses en commun avec la berline, cette 124 Spider plait au public et les ventes cartonnent. Et n’oublions pas que Fiat se rapprochait de Ferrari en ce temps, ce qui avait donné naissance à la Fiat Dino

Face à ces différents succès, Fiat ne pouvait laisser sa gamme sans coupé plus accessible que la Dino, c’est logiquement la Fiat 124 qui prête sa base pour une nouvelle modification. Cette fois, le coupé 124 ne fut pas l’œuvre d’un carrossier mais du Centre de Style Fiat qui avait à sa tête Mario Boano. L’objectif était de réaliser une voiture industrialisable facilement sans investir de lourds capitaux, raison pour laquelle le coupé 124 reprend la base de la berline. Pour donner un côté racé à la carrosserie, l’empattement de la 124 Sport Coupé est rallongé de 14cm .

La Fiat 124 Sport Coupé est rapidement prête, la présentation au public s’effectue lors du salon de Genève 1967 aux côtés de la Fiat 124 Break, la voiture présente une ligne moins séduisante que les robes Pininfarina mais la carrosserie de la 124 Coupé a de quoi plaire, alliant l’élégance aux lignes sportives. La fiche technique n’amène rien de nouveau, le client a toutefois la bonne surprise de trouver sous le capot de moteur de la 124 Spider : un quatre cylindres de 1.438cm3 à double arbre à came, alimenté par un carburateur Weber, disponible avec une boite quatre ou cinq rapports, et proposant 90Cv.

omologata ?

Le service Homologation du groupe Fiat

Il y quelque temps je vous disais quels étaient les documents nécessaires pour importer et immatriculer un véhicule venant d’Italie.

Maintenant il ya encore mieux, et qui devrait intéresser bon nombre d’amateur d’anciennes «Italiennes» attentifs aux bonnes affaires sur les marchés français et étrangers :

Le groupe Fiat vient de mettre en ligne un site destiné à faciliter l’homologations des véhicules de ses marques : www.homologationfiatgroup.fr  . En quelques clics, vous pouvez désormais télécharger un formulaire type à compléter et à retourner au service dédié accompagné d’une participation aux frais de traitement (actuellement 60€). Dans un délai de 15 jours (transit postal exclu) vous recevrez un certificat d’homologation en bonne et due forme.

Voici les coordonnées du service si vous avez des questions :

Fiat France – Service Homologation
6, rue Nicolas Copernic 78190 Trappes
01 30 16 71 71 / 93/ 94 – Fax : 01 30 16 77 29 
email homologationgroupfiat@fiat.com (Objet à indiquer : code DA/import/châssis)

anti-850

Mad Max vs le Spider

En ces temps frisant l’apocalypse, on revient aux choses simples, à l’essentiel. La 850 est la candidate idéale pour l’après-crise : une petite voiture mignonne, pas prétentieuse, éco (ecco la!) et qui durera encore longtemps.

Pour s’en convaincre (et sourire un peu), regardez donc ce documentaire qui retrace comment les véhicules de Mad Max Fury Road ont été – incroyable mais vrai! – réellement désignés et construits. Double V8 sur un seul arbre de transmission, fuselage de Cesna soudé à deux carrosseries de Valiant Charger sur des chenilles de tank, guitare électrique lance flammes… rien n’est factice, tout fonctionne, c’est l’Excès comme un des beaux-arts.

A côté, la modestie du Spider 850 est bien rafraîchissante. Plus c’est petit, plus c’est mignon.

La Fiat du Mois : Avril

Rêve de Majorette

Quand vous étiez gamin, vous rêviez devant les Majorettes (celles à 4 roues !)  et les Matchbox? Voici la voiture qu’il vous faut : le spider 850.

« Officer, I swear I didn’t see that light. How could I? I was checking my lipstick in the mirror. »
Notez la plaque californienne Old School (chiffres jaunes sur fond bleu), et le concessionnaire d’où vient cette beauté : « German Car » (:-)- vu des USA., Italie, Allemagne, même combat! – à Pasadena, c’est-à-dire dans le L.A. sage juste avant la Valley.

La miniature de Michel a été achetée en Italie à l’état d’épave. Beaucoup d’heures de travail ont été nécessaires pour redonner vie à ce mignon jouet.

Découvrez toutes les photos la dans la Galerie – CLICKEZ ICI.


Carrossée par Bertone, cette deuxième série a revêtu le Positano Giallo, une vraie couleur seventies qui transforme la bombinette en soleil ambulant. On adore : cette voiture rapproche les êtres en commençant par ses passagers. L’avant effilé et l’arrière tronqué lui donnent une ligne Spirou inimitable. Autre originalité, la capote s’escamote sous un panneau métallique et n’altère pas son profil une fois repliée.

Cette deuxième série sera produite entre 1968 et 1973. Elle se distingue de la première par ses phares verticaux rendus obligatoires par la législation américaine, pays où le tiny-weenie-bikini Spider 850 a fait paradoxalement un tabac – qui l’aurait cru? Son nouveau berlingot de 903 cm3 l’entraine à des vitesses inavouables de … 150 km/h ! Mais en 850 à ces allures on a l’impression que l’on va passer le mur du son !

Et enfin pour les valises …. il y a la place…. dans le coffre avant puisque le moteur, lui, est à l’arrière et en porte à faux s’il vous plait ! Comme pas mal de voitures conçues à l’époque et même des très très sportives. O tempora o mores.

Fiat Spider 850 Coupé (903cm3)
Type : Coupé 2 portes
Puissance : 52 cv DIN 6200 tr/mn
Vitesse maximun : 150 Km/h
Produite de 1968 à 1973


D’ailleurs, notre Galerie est en passe de devenir le plus beau showroom de Fiat Sport au monde. Elle grandit à chaque nouvelle Fiat du Mois et à chaque nouvelle trouvaille d’archive. Pour suivre tout ça, il suffit de vous abonner au blog : le lien est en bas de page, entrez simplement votre email.

Et la vôtre? Envoyez-nous ça…